PEKIN 19 (farandole émouvante)

Publié le par SEMIRAMIS

                 

En sortant du parc, nous nous dirigeons aux sons de tambours vers une place. Une vingtaine de chinois sont entrain de sortir leurs éventails, un rouge et un vert pour chacun.

cliquer

Ils se mettent à faire des chorégraphies, 4 musiciens les accompagnent. La musique est entraînante, Dalila et moi commençons à nous trémousser. Les chinois nous regardent amusés et bienveillants. Ils nous sourient en nous faisant des signes semblant vouloir dire « venez participer ». Nous n'osons pas nous s'immiscer. Un des musiciens vient vers nous et nous demande de rejoindre les danseurs. Je lui mime mon absence d’éventails . Ils va en récuperer et les donne, à Dalila et moi. Nous voilà parties pour une vingtaine de minutes de spectacle sous le regard approbateur et rieur des spectateurs. On s’éclate comme des gamines.  Martin ne nous a pas pris en photo, n'ayant pas son appareil . Lecteur, comme je sais que tu aurais bien voulu me voir faire la farandole je ne peux que t'offrir du frelaté mais c'est toujours
ça  :ange: Un gamin nous suit des yeux, bouche bée. 
Ca reste encore pour moi un souvenir émouvant. Dalila est réconfortée de la déconvenue shangaienne et dit « J’aime encore plus l’Asie ».

Nous rentrons en taxi qui nous ramène près de notre hôtel. Nous rentrons pour la première fois dans un fast-food  . Ça nous change un peu et on avait surtout faim et envie de pain même si c’est du faux  . Martin ne craquera pas et ne commettra pas de crime de lèse-majesté en mangeant de la nourriture non locale. Il se contente d’un coca. Il se rattrapera en se gavant de brochettes sur le chemin du retour.
A l’hôtel, nous avons un coup de fil de Gao Shan : il nous invite demain. Nous visiterons un parc demain et il nous conviera chez lui. Ses parents, chez qui il habite, sont impatients de faire notre connaissance, ils nous prépareront un assortiment de plats chinois. Il nous donne rendez-vous à son travail pour 10 h . Nous acceptons enthousiastes. :banane:  
Comme nous allons rester jusqu’à la fin du séjour au Li Shi Hôtel, Martin soumet l’idée de changer de chambre pour avoir vue sur la rue, ce qui sera toujours mieux que notre vue sur grosse cheminée
et chantier  . On approuve mais le plus difficile va être de faire comprendre ce que nous souhaitons au personnel de l’hôtel. Et c’est effectivement le cas  , on rame, on rame. Finalement nous arrivons à notre fin, enfin on l’espère. Demain sera un autre jour.

Publié dans Mes aventures à PEKIN

Commenter cet article

Flo 18/02/2006 16:10

je suis allée en Alsace et je ne les ai pas vue bisous Flo

Bool 18/02/2006 14:13

Vraiment très dommage pour l'absence de photo. Un joli souvenir en tous les cas !Bon week-end,bises,Bool

:0007: Youk 18/02/2006 13:53

Coucou,
tu n'as pas l'ADSL ?
Bises